Collecte de fonds et emplois pour les associations

Flash info N°1 – On garde le contact !

1/ Accompagner nos salariés face à la crise.

Au lendemain de la mise au chômage technique de la quasi-totalité de nos collaborateurs, la première préoccupation du Comité de direction d’ONG Conseil est celle de la meilleure prise en charge possible de nos salariés.

Au-delà des annonces gouvernementales

Que ce soit en France, en Belgique ou en Suisse, les gouvernements ont annoncé des dispositifs forts d’accompagnement des entreprises. Ils ont pris toute la mesure de l’impact des décisions de limitation des activités non-essentielles dans le cadre de cette crise sanitaire. ONG Conseil croit dans la sincérité de leurs annonces.

Comme souvent après des décisions fortes, les décrets d’application peinent à sortir et font parfois l’objet de réajustements. Ce qui va par ailleurs maintenant compter, c’est le délai de mise en place de l’ensemble de ces annonces par les administrations.

Cela fait peser plusieurs incertitudes sur le niveau et le calendrier effectifs de l’accompagnement dont ONG Conseil bénéficiera.

Quoiqu’il en soit, à l’exception de la Belgique où le gouvernement a déclaré vouloir indemniser directement les salariés mis au chômage technique, le Comité de direction a décidé d’avancer les fonds nécessaires à une prise en charge maximale des compensations de salaires au 31 mars. 

Nous avons fait ce choix alors même qu’ONG Conseil a vu brutalement son chiffre d’affaires non pas se réduire, mais purement et simplement être réduit à néant. Par souci de continuité sociale, administrative et commerciale, nous avons maintenu quelques postes partiellement en activité, notamment pour rester en mesure d’accompagner tous les salariés d’ONG Conseil France mis au chômage technique.

Cette décision prise sans certitude sur l’avenir répond à la nécessité d’honorer notre première priorité : Veiller à votre meilleure indemnisation par temps de crise.

Nous irons d’ailleurs parfois au-delà de ce que la Loi nous permet de faire, notamment en Belgique où les contrats de travail des étudiants ne rentrent pas dans le dispositif d’accompagnement de l’Etat. Qu’ils soient rassurés, nous mobiliserons les fonds nécessaires à ce qu’ils soient indemnisés de façon égale avec leurs collègues.

Dans chacune de nos filiales, une permanence est assurée depuis la suspension de nos activités afin de répondre à toutes vos questions et interrogations.

Chaque contrat de travail sera indemnisé au sein de toutes les filiales du Groupe ONG Conseil. Personne ne doit rester en marge et nous y veillerons.

 

2/ La réaction positive de nos associations partenaires :

Dans l’ensemble, les associations partenaires d’ONG Conseil ont très largement apprécié que nous prenions l’initiative de suspendre les programmes de collecte face-à-face simultanément sur nos trois bureaux.

Certains messages se sont même montrés extrêmement chaleureux, empreints de soutien, de confiance quant à la justesse de notre décision et la réaffirmation d’une volonté de poursuivre nos programmes de collecte une fois la crise sanitaire passée. Nous vous en livrons quelques uns pour réchauffer le cœur de chacun dans cette période difficile :

« Il va sans dire que nous comprenons parfaitement cette décision et que vous pouvez naturellement compter sur la relation partenariale privilégiée que nous entretenons depuis tant d’années pour gérer au mieux et à vos côtés cette délicate période, ainsi que ses potentielles conséquences négatives une fois la crise passée.

Permets-moi d’ores et déjà au nom de Coalition PLUS de vous transmettre, à toi et à tes équipes back-office et terrain, en France, comme en Belgique et en Suisse, nos pensées solidaires »

Diego Lindlau pour Coalition Plus

« Nous prenons acte de la décision d’ONG et appuyons vos mesures de précaution. Cette décision n’a pas dû être évidente mais la sécurité des équipes passe avant tout.

Nous verrons quelles mesures appliquer à l’issue du 06 avril.

Soyez assurés de toute notre sympathie ».

Flora Beleoua pour Les Restos du Cœur

« … Bien sûr nous n’imaginions pas d’autre issue possible pour nos campagnes de face à face, et vous pouvez être assurés de notre total soutien dans cette période compliquée et incertaine.

Nous avions lancé notre première campagne une semaine avant cet arrêt, et les premiers résultats nous donnaient l’espoir d’une collaboration fructueuse et profitable à tous.

En tous cas, nous tenons à vous souligner que nous considérons cette période d’incertitude comme un report de nos campagnes et non comme une annulation.

Nous pensons à vous et vos équipes, et croisons les doigts pour que cette situation si particulière arrive à son terme très bientôt.

Bon courage à tous »

Guillaume Decoudin pour l’UNHCR

ou encore

« Simple message de symphatie et t’informer que je suis a tés cotés si tu as un besoin.

Bon courage

Amitiés »

Thierry Velu pour les Pompiers humanitaires du GSCF

 

3/ Retour de l’AMRAC sur l’impact de la crise sanitaire du Covid-19 sur la collecte face-à-face dans le monde.

L’AMRAC, Autorité Mixte de Régulation des Acteurs de la Collecte de fonds dont ONG Conseil est membre fondateur et qui regroupe aujourd’hui une douzaine d’associations et fondations, s’inscrit avant tout dans une démarche internationale d’échanges permanents avec les autres organes de régulation mixtes dans le monde (associations & opérateurs de levée de fonds).

Après avoir émis vendredi 13 mars un avis de recommandation de suspension de l’ensemble des activités de collecte face-à-face, l’AMRAC a poursuivi l’échange au sujet de la crise sanitaire du Covid-19 avec ses homologues de l’IPFC (International Public Fundraising Council). Il en ressort qu’à ce jour, tous les programmes de collecte face-à-face régulés par les membres de l’IPFC sont tous suspendus.

Tous les programmes sont donc à ce jour suspendus sur les plus gros marchés européens, notamment en Autriche, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni et en France. Les organes de régulation australien et néo-zélandais viennent aujourd’hui de prendre la même décision, leur homologue nord-américain s’apprête à en faire de même. Hong-Kong s’est arrêté depuis longtemps.

L’ensemble de la communauté internationale de la collecte face-à-face est donc aujourd’hui dans une situation inédite de suspension quasi-totale de cette collecte qui constitue internationalement le premier canal de collecte de dons réguliers et le premier levier de croissance des budgets associatifs dans le monde (Cf. Etude de l’IFL – International Fundraising Leadership Forum 2019).

Pour la première fois, tous les acteurs du face-à-face sont confrontés à la même crise simultanément et la première préoccupation de l’ensemble des régulateurs de notre activité de par le monde telle qu’elle ressort de tous les échanges auxquels nous participons via l’AMRAC est celle de l’accompagnement de nos fundraisers en face-à-face, celle d’une préoccupation sociale en première ligne.

Une question, un témoignage ? Gardez le contact avec nous en nous écrivant à contact@ongconseil.com

Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Nos actualités

En concertation avec l’Inspection du Travail, la médecine du travail …

Devenir fundraiser

0

missions programmées