Collecte de fonds et emplois pour les associations

Flashmob, le samedi 18 septembre à 13H30 place du Trocadéro : “Non-assistance à mère en danger”

campagne-mdmDepuis le mois de mars, Action for Global Health, Oxfam France, Médecins du Monde et Avocats pour la Santé dans le Monde  mobilise l’opinion publique à travers la campagne  “Non-assistance à mère en danger”. Un objectif : interpeller les décideurs politiques afin  que la France fasse plus pour l’accès aux soins dans les pays pauvres.

Pourquoi cette campagne ?

Ce mois-ci, les chefs d’Etat et de gouvernement se réuniront à New York pour évaluer les progrès réalisés dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). A ce jour, les deux objectifs relatifs à l’amélioration de la santé maternelle et infantile accusent le retard le plus criant, si bien que chaque minute, une femme meurt de complications liées à la grossesse. 99 % de ces décès ont lieu dans les pays en développement. A travers la campagne  “Non assistance à mère en danger”, le collectif d’ONG veut rappeler que la santé est un droit fondamental inscrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. Plus encore, l’accès aux soins  est  une des conditions nécessaires à la réduction de la pauvreté,  au développement social et économique. Pourtant dans de nombreux pays, il relève du parcours du combattant !

Une réalité sanitaire tragique pour les pays du Sud.

Les centres de soins sont éloignés et peu nombreux, le coût des transports est élevé, la prise en charge est par conséquent trop tardive. Notons que le coût reste l’obstacle majeur à l’accès aux soins. Les tarifs sont généralement prohibitifs puisque rares sont les pays ayant adopté une politique de gratuité.

Enfin, le problème du personnel soignant se superpose inévitablement à celui de sa répartition sur le territoire : les pays du sud souffrent du manque de personnel qualifié de manière générale et les zones rurales en sont quasiment dépourvues. Selon l’Unicef, plus de trois femmes sur cinq accouchent encore sans être assistées par un personnel soignant qualifié.

Si la santé n’a pas de prix, elle a malheureusement un coût.

De nos jours, de plus en plus de programmes de terrain visent à aider financièrement les femmes, pour qu’elles puissent avoir accès à un suivi prénatal et à des soins obstétriques de qualité. D’autres projets  sont axés sur la formation de sages femmes ou d’accoucheuses traditionnelles pour limiter les risques de complications.

Mais plus fondamentalement, ce sont  les systèmes de santé dans leur ensemble qui doivent êtres appuyés, à travers un renforcement des moyens consacrés aux ressources humaines afin d’offrir les réseaux et les soins nécessaires à la réalisation de l’OMD n°5.  Plusieurs pays ont en outre mis en place des plans stratégiques pour offrir des soins gratuits aux femmes et aux enfants de moins de cinq ans. Malheureusement, à ce jour, ces plans d’actions manquent cruellement de financements.

Des solutions à portée de main…

La France, dont le système de santé est toujours une référence pour de nombreux pays, peut et doit jouer un rôle moteur en la matière. C’est pourquoi, à travers une pétition à signer en ligne  les quatre ONG partenaires demandent au Président de la République et au ministre des Affaires étrangères :

  • De  consacrer 0,1 % de la richesse nationale au financement de la santé dans les pays en développement, ce qui équivaut à doubler l’aide accordée à ce secteur en 2008 ;
  • De soutenir, techniquement et financièrement, les pays désireux d’introduire des politiques d’accès gratuit aux soins de santé de base, en particulier pour les femmes et les enfants ;
  • D’affecter au renforcement des ressources humaines au moins 25 % de l’aide française allouée au secteur de la santé.

Aujourd’hui, plus de 10 000 personnes ont signé la pétition, à quelques jours du Sommet du millénaire, il est encore temps de se mobiliser. Pour clore la campagne, Action for Global Health, Oxfam France, Médecins du Monde et Avocats pour la Santé dans le Monde organisent une flashmob géante (mobilisation éclair) pour remettre les pétitions et faire entendre une dernière fois leurs voix.

Alors si vous aussi vous souhaitez agir, connectez vous sur le site www.santepourtoutes.org, pour signer la pétition et/ou participer à la flashmob, le samedi 18 septembre prochain à 13H30 place du Trocadéro.

Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Nos actualités

En concertation avec l’Inspection du Travail, la médecine du travail …

Devenir fundraiser

0

missions programmées