Collecte de fonds et emplois pour les associations

Foire aux questions

Malgré une formation et un management enseignant des pratiques de travail qu’ONG Conseil France estime vertueuses, nous ne pouvons pas placer un «surveillant» derrière chaque fundraiser en face-à-face et nous ne sommes jamais à l’abri que l’un d’entre eux ne soit pas digne de la confiance que nous lui faisons en transgressant nos fondamentaux éthiques.

C’est pour, le cas échéant, laisser intacte la confiance légitime que porte chaque donateur à nos associations partenaires et permettre la reprise d’un dialogue en toute transparence, que nous avons tenu à mettre à disposition sur le verso du bulletin de soutien la synthèse de nos fondamentaux éthiques ainsi que la possibilité de nous écrire à ethique@ongconseil.com et/ou de consulter la FAQ ci-dessous.

Oui. Nous avons pris la décision de verser, au titre des heures chômées à compter du 14 mars 2020, une indemnité représentant 100% de votre rémunération brute, dans la limite de 35 heures hebdomadaires et de 4,5 SMIC, pour le mois de mars.

Non. Vous serez rémunéré(e) au titre des heures travaillées et indemnisé(e) à 100% au titre des heures chômées par ONG Conseil et recevrez vos documents de fin de contrat sur votre coffre fort Primobox.

Dans le contexte actuel, et même si nous mettons tout en oeuvre pour que chacun perçoive son salaire dans les délais habituels, le choix de verser à chacun une indemnité au titre des heures chômées correspondant à 100% de son salaire brut horaire dans la limite de la durée légale du travail et de 4,5 SMIC, nous contraint à un traitement manuel qui engendrera peut-être un retard d’un ou deux jours dans le paiement des salaires.

Non, car en l’état de la législation actuelle, la période de confinement, issue de l’activité partielle, n’entraîne pas le report du terme du CDD : le contrat prend fin à la date qu’il prévoit – qu’elle corresponde ou non à une période d’activité partielle. Seuls les salariés sous contrat à durée déterminée dont le terme n’est pas advenu seront donc indemnisés au titre des heures chômées.

Oui, l’activité partielle n’a pas d’impact sur l’acquisition des droits à congés payés.

Non, les TR étant liés à la notion de travail effectif, ils ne seront pas octroyés durant la période d’activité partielle.

La rémunération des fundraisers en face-à-face s’élève à 1 911,04 € (brut) fixe par mois à Paris et à Lyon, et à 1700€ (brut) fixe par mois dans les grandes villes. À cette rémunération peut s’ajouter une part variable dès la première mission. Nous sommes attachés à la garantie d’un minimum de fixité de la rémunération pour éviter les risques de manipulation ou de « forcing » du public auxquels nous sommes fermement opposés.

Si vous jugez que votre soutien à l’association est né d’un dialogue avec un fundraiser en face-à-face ayant notamment eu recours au mensonge, à la culpabilisation ou la manipulation, nous vous invitons à écrire à ethique@ongconseil.com ou à appeler le numéro suivant : 04 37 26 48 17, du lundi au vendredi, de 10h à 14h ou de 15h à 18h. Vous aurez un échange, cette fois en toute transparence, autour de l’objet social de l’association ou des modalités du don régulier. Vous aurez alors la possibilité de décider de poursuivre votre don ou de l’annuler, le cas échéant.

Les fundraisers en face-à-face participent en début de mission à une formation largement consacrée à l’association, son histoire, ses valeurs, ses moyens d’action, son budget…
Cette formation est construite en étroite collaboration avec les salariés de l’association afin de transmettre des connaissances sûres au fundraiser en face-à-face. Par ailleurs, l’obligation de s’informer régulièrement autour de l’actualité du ou des thèmes qu’elle aborde fait partie intégrante du quotidien du métier de fundraiser en face-à-face. À titre d’exemple, nous rémunérons tour à tour chaque fundraiser en face-à-face, pour la préparation d’un exposé permettant à l’ensemble de l’équipe d’approfondir un thème en particulier lors du briefing journalier.

Une mission de collecte de fonds en face à face est réalisée au bénéfice d’une seule association. L’équipe est exclusivement recrutée et formée pour cette mission de cinq à sept semaines.
Certains fundraisers en face-à-face exercent ce métier « à l’année » et sont donc conduits à participer à plusieurs missions. Dans le cas où un fundraiser en face-à-face serait amené à représenter une nouvelle association, sa nouvelle mission pour le compte de cette association est obligatoirement précédée d’une formation initiale puis d’une formation continue tout au long de sa mission.

Comme tout prestataire, nous facturons nos services à nos associations partenaires. Notre facturation repose, sauf lorsque les associations nous demandent une facturation au résultat (minoritaires, mais c’est une tendance croissante), sur le temps passé par les fundraisers à faire leur travail en face-à-face.

Le coût pour l’association inclut toutes les prestations liées à la mise en place d’un programme de collecte de fonds en face-à-face, à savoir : le plan média, le recrutement des équipes, la formation initiale et continue, la gestion des ressources humaines, l’encadrement, les transports, la gestion des bulletins de soutien…

Nos associations partenaires bénéficient en moyenne, pour 1€ investi, d’un retour sur investissement de 2 à 3.

En moyenne 250 fundraisers en face-à-face travaillent en permanence pour défendre auprès des passants de nombreuses villes de France une douzaine d’associations partenaires. Depuis 2004, ils sont en tout plus de 20 000 à avoir permis à plus d’1,5 million de personnes de franchir le pas du don régulier pour une association.

Pour les fundraisers en face-à-face comme pour le grand public, le choix de donner ou de ne pas donner est libre, propre à chacun et ne donne lieu à aucun jugement de valeur. Toutefois, nous observons qu’un grand nombre de fundraisers en face-à-face soutient traditionnellement au moins l’association qu’il représente en face à face lorsqu’il n’est pas multi donateurs (jusqu’à 5 voire 10 associations pour certains d’entre-nous !).

Il est extrêmement difficile de mobiliser en grand nombre des bénévoles qui travailleraient en face à face, par tous les temps, des journées entières, minimum 3 jours par semaine, à solliciter la générosité du public. Collecter des dons en face à face de manière massive, éthique et efficace, est un métier exigeant qui mobilise de nombreuses compétences et une grande capacité à essuyer les refus, l’indifférence, parfois même les insultes.

La collecte par des bénévoles est possible de façon massive pour des événements ponctuels (journée de quête nationale de la Croix-Rouge par exemple). Pour s’inscrire dans la durée, l’expérience a prouvé qu’il était impératif de lui préférer une collecte professionnalisée.

C’est évidemment toujours possible ! Mais les associations ne peuvent se contenter de compter sur les donateurs spontanés, ultra-minoritaires, si elles souhaitent voir leurs moyens d’action augmenter de façon significative et durable. Elles doivent solliciter le grand public : par courrier, lors d’événements médiatisés, via des campagnes d’affichage, sur Internet… Cette sollicitation efficace et organisée n’est jamais gratuite, elle est par contre guidée par des impératifs de rentabilité : l’argent d’une association doit servir ses actions, l’argent qu’elle investit dans la collecte de fonds doit donc lui procurer des ressources pour les réaliser. Lorsqu’une association s’engage dans un programme de collecte de fonds en face à face avec ONG Conseil France, elle récolte en moyenne après 8 ans, 4 fois la somme qu’elle a investie au départ.

En effet, les donateurs par prélèvement automatique le sont en général pendant plusieurs années. Le don sollicité de façon professionnelle (prélèvement automatique ou autre) ne s’oppose en rien au don spontané, mais vient s’y ajouter, et de façon autrement plus massive, dans le but de permettre aux associations de développer durablement leurs moyens d’action au service des causes qu’elles défendent.

Nos actualités

En concertation avec l’Inspection du Travail, la médecine du travail …

Devenir fundraiser

0

missions programmées