Collecte de fonds et emplois pour les associations

Métier de l’humanitaire

Découvrez les différents métiers dans l’humanitaire

Dans un contexte de crispation du marché de l’emploi, les métiers dans l’humanitaire offrent un panel de professions permettant de se mettre au service des associations.

Il est nécessaire, avant de postuler à un métier de l’humanitaire, de réfléchir à ses motivations et d’identifier les associations répondant le mieux à ses attentes personnelles.

Un large éventail de professions

Les métiers dans l’humanitaire se retrouvent essentiellement autour de deux secteurs que sont la santé et l’éducation.

Le pôle santé intervient en situation d’urgence (guerres, catastrophes naturelles, famines) et dans le cadre de programmes de développement.

On y trouve des médecins, des infirmiers et d’autres métiers du monde médical, mais aussi des métiers liés au développement de structures ayant un impact sur la santé des populations, comme des ingénieurs eau potable et assainissement.

L’éducation, parce qu’elle est un facteur essentiel de développement, constitue aussi un vivier d’emplois dans l’humanitaire.

Dans ce secteur, on trouve notamment des professeurs et des animateurs. Ils enseignent des savoirs élémentaires tels que la lecture, forment des experts locaux ou mènent des campagnes de sensibilisation (prévention des IST, droits des femmes,…).

Bien entendu, le champ des emplois en lien avec l’humanitaire ne se limite pas à ces deux seuls secteurs : il existe également des métiers de l’humanitaire dans le transport, la construction, l’agriculture, les ressources humaines ou même la gestion et les finances.

La liste n’est pas exhaustive, et ONG Conseil France, en proposant des postes de recruteurs de donateurs, est aussi un des acteurs des métiers de l’humanitaire.

Recruteur de donateurs : un maillon des métiers dans l’humanitaire

Toute mission réalisée par une association a un coût.

Sans l’argent nécessaire à financer l’achat de matériel (médical, scolaire, agricole…) et le transport de ce matériel et des équipes de travail sur le terrain, il n’y a pas d’action humanitaire possible.

Les associations ont donc besoin de trouver des fonds leur permettant de mener leurs actions.

C’est là qu’intervient le métier de recruteur de donateurs : ces derniers sillonnent les rues des villes pour proposer aux citoyens de soutenir de façon régulière l’association qu’ils représentent, et donc ses actions.

Travail dans l’humanitaire : un investissement

Il existe principalement trois statuts au sein de l’humanitaire :

  • les bénévoles, qui ne perçoivent pas de rémunération ;
  • les volontaires, majoritaires, qui ne perçoivent pas non plus de rémunération mais qui touchent une indemnité ;
  • les salariés, minoritaires, qui sont rémunérés.

Les métiers de l’humanitaire demandent un investissement personnel dont il faut avoir conscience avant de postuler. Il faut être capable de gérer son stress face à des conditions de vie ou situations difficiles.

Le travail de recruteur de donateurs, bien que différent de celui de chargé de mission humanitaire, nécessite aussi un certain investissement. Il faut être persévérant, savoir accepter les refus sans jugement tout en restant motivé.

Si les difficultés inhérentes à ces métiers ont été bien évaluées en amont, l’investissement humanitaire peut être source de satisfaction personnelle et d’épanouissement.

Nos actualités

En concertation avec l’Inspection du Travail, la médecine du travail …

Devenir fundraiser

0

missions programmées