Collecte de fonds et emplois pour les associations

Témoignages

Nicolas donne son avis sur les missions porte-à-porte

-Quel est ton parcours avant ONG Conseil France puis ta situation actuelle ?

Avant de travailler chez ONG Conseil France, j’ai été chef de rayon, chef de secteur non-alimentaire puis responsable force de vente à Carrefour Ile de France. J’ai commencé chez ONG Conseil France en 2013. Après 2 missions en tant que recruteur de donateurs, je suis passé Booster et à la fin de ma 3ème mission, je suis devenu Responsable d’équipe. J’ai fait 5 missions porte-à-porte pour les associations AIDES, Amnesty International et Médecins du Monde.

– Qu’est ce qui te plaît dans les missions porte-à-porte ?

J’apprécie l’aspect humain car nous rentrons dans le lieu de vie des habitants. La rencontre dure plus longtemps que pour les missions street. Nous créons une bulle de confiance avec les gens. Une porte où il y a une personne qui sourit, nous savons très bien que cela va engendré une belle discussion. Enfin, en porte-à-porte, nous rencontrons toute l’humanité et c’est très positif.

– Quelles sont les qualités requises pour faire du porte-à-porte ?

Un bon recruteur de donateurs doit être dynamique, avoir une bonne expression orale et une bonne présentation. Etre autonome, savoir faire preuve de combativité et posséder un bon esprit d’équipe sont également des qualités essentielles.

– Quelles sont les spécificités des missions porte-à-porte ?

Un recruteur de donateurs se présente seul à une porte mais toujours en binôme sur le même palier quand on travaille dans les immeubles d’appartements. Quand nous travaillons en zone pavillonnaire, il y a un recruteur sur le trottoir de gauche et un sur le trottoir de droite. Une mission porte-à-porte se déroule de 12h à 20h. Au niveau du contrat de travail, à chaque fois que le recruteur de donateur travaille en banlieue, il reçoit une prime de 10€ supplémentaire.

IMG_3344